Santé & travail

Les principales mesures du rapport sur les arrêts maladies

4 mars 2019

Dans leur rapport sur les arrêts de travail, remis au Premier ministre le 20 février, les experts prescrivent vingt mesures pour « plus de prévention, d’efficacité, d’équité et de maîtrise ». La proposition d’un jour de carence non indemnisé pour tous fait débat.

Contributeurs du CEET : Serge Volkoff

Sans surprise, le jour de carence non indemnisé pour tous est, parmi les vingt mesures proposées par le rapport Plus de prévention, d’efficacité, d’équité et de maîtrise des arrêts de travail, celle qui fait le plus parler d’elle. La CGT, FO et la Fnath (Association des accidentés de la vie) crient à l’« aspect punitif », à une vision individualisée des arrêts maladie. « Qui peut ignorer que la réalité de l'entreprise et ses modes d'organisation ne génèrent que pénibilité et souffrance au travail? », réagit par exemple la CGT. Le rapport devait être rendu fin décembre dernier. L’actualité sociale et le mouvement des Gilets jaunes ont repoussé sa remise au 20 février. Car la question du premier jour d’arrêt maladie non indemnisé a toujours été sensible.

« Attention au coût du présentéisme »

« Attention au coût du présentéisme !, prévient Serge Volkoff, directeur de recherche associé au Centre d’études de l’emploi et du travail. Selon les études américaines, ce coût est largement supérieur à celui de l’absentéisme, car les gens viennent travailler malades. Cela peut entraîner des contagions dans le cas des maladies infectieuses, des performances moindres et un effet à retardement, d’ailleurs souligné par les rapporteurs. Les présentéistes finissent par être absents, et plus longtemps qu’ils ne l’auraient été s’ils avaient été arrêtés à temps. »

[...]

En savoir plusLire l'article sur le site du magazine Santé & travail