Connaissance de l'emploi #138

Quelle vulnérabilité des travailleur.euse.s européens face aux conditions de travail dégradées ?

15 janvier 2018

Nathalie Greenan, Majda Seghir
Les mutations organisationnelles et technologiques engendrent des risques de dégradation des conditions de travail susceptibles d’affecter le bien-être et la santé des travailleur.euse.s. Le projet InGRID, financé dans le cadre du programme européen Horizon 2020 pour la recherche et l’innovation, développe de nouvelles méthodes pour mieux identifier les travailleurs qui font face à ces risques.

À partir de données recueillies entre 1995 et 2015 pour les quinze pays fondateurs de l’Union européenne, ce 4-pages dresse le portrait des travailleur.euse.s les plus vulnérables au cumul de conditions de travail dégradées et illustre les différences entre pays européens.

Si, dans l’ensemble, ces pays se caractérisent par des niveaux de vulnérabilité stables, certains, dont la France et la Belgique, observent une hausse constante de la vulnérabilité. De plus, les CDD, le travail indépendant et les petites entreprises (1 à 9 salarié.e.s) sont associés à une plus grande vulnérabilité des travailleurs.